• Elwing HM

LA SAGESSE DU CORPS

Mis à jour : mars 17


Cher corps,

Crois-moi, je t'entends bien, mais ce n’est pas aisé de s’y retrouver !

Tu dis, qu'entre la médication dès ta naissance, l’héritage transgénérationnel, les projections, les comparaisons, les attentes des uns et des autres, les croyances de comment tu devrais être ou ne pas être, la conscience collective, ...

Ce n'est pas de la tarte !

Tu assures que depuis ta petite enfance, tu te plies aux exigences de tes référents sans rechigner, mais qu’une fois adulte ce n’est pas mieux.

Tu reçois toujours l’injonction tacite d’être parfait et l’obligation de suivre un rythme effréné qui te déconnecte de la réalité de ce que tu es véritablement.

Tu souhaites que l'on te donne la main et que l'on t'écoute.

J'entends ton cri corps et je le comprends.

Mais t'écouter et rentrer en contact avec toi, ne font pas partie des directives ...

Au mieux, on nous apprend à te nourrir, te bouger, te laver, te faire beau, te soigner à coup de médicaments qui souvent te font taire, jusqu’à ce que tes cris deviennent de plus en plus assourdissants.

Mais rentrer en intimité avec toi, ce n'est ni raisonnable et encore moins rentable.

Pour beaucoup, ton langage reste inaudible et incompréhensible.

Parfois quand tu as mal, nous nous sentons punis, car nous pensons avoir fait le nécessaire pour ton bien-être.

Nous ne savons pas t’accorder une attention sincère, ni faire face aux vagues émotionnelles et pensées inconscientes qui te traversent.

Nous ne comprenons pas pourquoi tu perds ton équilibre ni pour quelles raisons tes maux se cristallisent dans tes tissus.

La plupart d’entre nous, ne savons pas accueillir ce qui t’amène à souffrir, à perdre la santé, à parler si fort.

On note qu'à des moments, ta maladie est une échappatoire, un consensus qui autorise le repos, et permet de fuir le rythme effréné et épuisant de la vie moderne.

À d’autres, tes bobos servent à capter l’attention des êtres aimés et à réclamer un peu d’amour et de bienveillance. D'une manière détournée, serte, mais c'est mieux que rien.

Parfois on utilise tes troubles de façon consciente ou inconsciente, afin d'éloigner certaines relations superficielles, toxiques et ou indésirables.

Que veux-tu ? Faute de mieux, on utilise tes soucis de santé comme on peut.

Que dire de ceux qui sans scrupule, font la part belle à l’intellect et te rejettent ?

Et de ceux qui s’identifient uniquement à toi, te vouant un culte démesuré en contrôlant ton apparence et en te contraignant à te plier aux diktats et aux injonctions de la mode du jour ?

Sans oublier ceux qui te méprisent autant qu’ils maudissent leur mental et leurs émotions, se reconnaissant uniquement pur esprit, car l’incarnation leur est insupportable ?


Oui, je sais ce que tu te dis !

En ne créant pas un véritable lien avec toi, et en te médicalisant à souhait, on s'éloigne de notre essence fondamentale.

Heureusement, dis-tu, qu'il y a cette voix qui murmure depuis la nuit des temps, que tu fais partie de l’équation de notre existence et que tu es notre meilleur allié pour savoir où l’on en est dans l’intégration de notre être véritable.

Elle raconte à qui veut bien l'entendre que le Graal se trouve dans l’équilibre et l'harmonie entre toi, la conscience, l'esprit et l'âme ...

Mais que veux-tu, cette voix ne parvient pas aux oreilles de tous.

Et quand elle y arrive, la peur du rejet (hors de la communauté), de la mort, .... est plus forte que le bon sens.

Oui, je sais ! Les décisions prisent alors, te sont souvent néfastes.

Mais que veux-tu ?

Si certains ignorent encore leur conscience, qu'auront-ils à faire du concept de l'âme et de l'esprit ?

Tu te demandes ce qui pourrait se passer, si nous prenions conscience de l'importance de te garder intègre et de cesser d'avoir peur de toi ?

Effectivement, quelles seraient donc les avantages de cette intimité avec toi ?

Gagnerons-nous en sagesse, évolution individuelle et collective ?

Se pourrait-il qu'en te donnant la main, on entende la voix de notre âme éternelle ?

Tu sembles être sûr de toi !

Tu proclames que nos douleurs, nos sensations désagréables et émotions ne sont là que pour nous montrer, toutes ces zones oubliées qui cherchent notre regard et notre amour.

Vraiment ?

Se pourrait-il que la vie circule mieux et librement en nous si nous prenions soin de toi corps, de nos pensées et de nos émotions ?

Serait-il possible alors que nos actions dans le monde soient inspirées, joyeuses, et bénéfiques pour soi et pour tous ?

Ton sourire en dit long.

Rassure-toi cher corps, nous commençons à ouvrir nos yeux et nos cœurs à ta noble sagesse.

Les anciens paradigmes tombent les uns après les autres, comme des châteaux de cartes qui s'écroulent sur eux-mêmes.

Nous réalisons de plus en plus la merveille que tu es.

Nous comprenons de plus en plus que sans toi, pas de prises de conscience, pas d’évolution, pas d’amour, pas de liberté, pas de transcendance …


Gratitude à toi


Elwing HM

16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout