• Elwing HM

CORPS

Mis à jour : sept. 20





Cher corps,

Je suis désolée pour tout ce que tu subi dès ta vie fœtale.

Crois-moi cher corps, ce n’est pas aisé de s’y retrouver entre l’héritage transgénérationnel, les projections que l’on reçoit dès la naissance, les comparaisons, les attentes des uns et des autres pendant l’enfance, toutes les croyances autour de toi …

Arrivés à l’âge adulte ce n’est pas mieux, car tu reçois l’injonction tacite d’être parfait et l’obligation de suivre le troupeau dans un rythme effréné qui te déconnecte de la réalité de ce que tu es véritablement.

Personne ne nous apprend à t’écouter ni à rentrer en contact avec toi. Au mieux, on apprend à prendre superficiellement soin de toi, en te nourrissant, te lavant et en soignant tes innombrables blessures, à coup de médicaments qui souvent te font taire pendant un certain laps de temps, jusqu’à ce que tes cris deviennent plus assourdissants…

Parfois quand tu as mal, nous nous sentons punis, car nous pensons – pour certains- avoir fait le nécessaire pour ton bien-être. Nous ne savons pas t’accorder une attention ardente, pour t’aider à faire face aux vagues émotionnelles qui te traversent. Nous ne comprenons pas pourquoi tu perds ton équilibre ni pour quelles raisons ça se cristallise dans tes tissus. La plus part d’entre nous, ne savent pas accueillir ce qui t’amène à souffrir, à perdre la santé, à nous parler si fort...

Comme tu le vois, il y a ceux qui font la part belle à l’intellect et te rejette. Ceux qui s’identifient uniquement à toi, te vouent un culte démesuré et te contrôlent en te contraignant à te plier aux diktats et aux injonctions de la mode du jour... Ceux qui te méprisent autant qu’ils maudissent leur mental et leurs émotions, se reconnaissant uniquement pur esprit, car l’incarnation leur est insupportable. Il y a ceux qui cherchent l’équilibre entre toi, l’âme et l’esprit, se trompant souvent de voie mais faisant de leur mieux…

Nous n’avons pas appris à créer un lien véritable avec toi, pour saisir ce qui se cache derrière tes douleurs, ta maladie, ton stress et ta détresse. Il y a tous ces miasmes que tu reçois, ces projections et points de vue sclérosants qui t’encombrent et te font perdre tes moyens. Toutes ces pensées destructrices, ces émotions verrouillées à cause des chocs, des peurs, des jugements, des condamnations, du mépris, du rejet, de la haine, de la honte, des abus passés sous silence, de la culpabilité, ...

A des moments, nous utilisions consciemment ou inconsciemment ta maladie comme échappatoire pour obtenir l’autorisation de te laisser te reposer, et nous permettre de fuir le rythme effréné et épuisant de la vie moderne. A d’autres instants, cela nous sert à capter l’attention d’autrui et à réclamer un peu d’amour et de bienveillance. Parfois ta maladie nous aide à éloigner les relations toxiques qui nous empoisonnent l’existence.

Quoi qu’il arrive, en ne tenant pas compte de toi ou en t’asservissant, nous nous éloignons de de notre essence. Nous avons oublié que tu fais partie de l’équation de notre existence, puisque tu es notre meilleur allié pour savoir où l’on est de l’intégration de notre être dans cette dimension. Décoder ton langage nous aide à progresser en conscience dans l’accueil de l’être que nous sommes au-delà de tout conditionnement et formatage.

Que se passerait-il si nous prenions conscience de ton importance, cher corps ?

Quelles seraient les avantages de cette intimité avec toi, pour notre évolution individuelle et collective ?

Que se passerait-il, si nous nous permettions d’aimer notre humanité, de donner la main à tout ce qui la compose, en t’incluant cher corps ?

Le bénéfice serait peut-être que nous apprendrions beaucoup sur nous-même. Peut-être qu’en accordant notre attention à notre corps, on entendrait la voix de notre être éternel nous murmurer bien des choses.

Et si nos douleurs, sensations et émotions n’étaient là que pour nous montrer les zones oubliées qui cherchent notre regard et notre amour.

Se pourrait-il que la vie circule mieux et librement en nous si nous prenions soin de notre corps, de nos pensées et de nos émotions ?

Serait-il possible alors que nos actions dans le monde soient inspirées, joyeuses, et participatives pour notre bien et le bien de tous ?

Rassure-toi cher corps nous commençons à ouvrir nos yeux et notre cœur. Les anciens paradigmes tombent les uns après les autres, comme un château de cartes.

Nous réalisons de plus en plus la merveille que tu es. Nous comprenons de plus en plus que sans toi, pas de prises de conscience, pas d’évolution, pas d’amour, pas de libération …

Gratitude à toi


Elwing HM